• Conseils et astuces pour un rosier en bonne santé !!!!

    Silence ça jardine !!!

    Cet été promis vous pourrez avoir votre rosier en fleur et en pleine santé. Nous allons vous livrer toutes nos astuces d’entretien pour que votre rosier puisse s’épanouir. Arrosage, taille, choix de l’engrais, association avec d’autres vivaces, et autres astuces de jardinage : découvrez tous nos meilleurs conseils pour prendre au mieux soin de vos rosiers.

     

    Les secrets d’un arrosage parfait !!

    Les premières années, l’arrosage de vos rosiers est n’est pas à négliger. Il est conseillé de creuser une cuvette aux pieds des rosiers, recouvert d’un paillis qui maintient l’humidité. Par des temps très sec nous vous conseillons d’arroser à peu un arrosoir de 15 L aux pieds des rosiers, ceci tous les 15 jours. Et ainsi 

    favoriser la croissance du rosier et lui permette une floraison plus abondante.

    Quand l’été pointe le bout de son nez, vous pouvez les arroser 1 fois par semaine, en évitant bien évidemment le feuillage. Il vaut mieux arroser copieusement que d’un arrosage aux goutte-à-goutte.

    Après ses deux premières années, il faut modérer l’arrosage des rosiers. A partir de 4/5ans le rosier à la capacité de puiser l’eau en profondeur.

     

     

     

     

    A vos marques prêtes TAILLEZ !!

    Aux beaux jours il est important d’effectuer une petite taille de printemps afin de booster leurs floraisons.

    Les rosiers de types « botanique » n’exigent pas forcément une taille d’entretien régulière. Leur floraison s’effectue sur les rameaux de l’année qui suit.

    La taille des rosiers ne sera qu’irrégulière, espacée de 3 à 5 ans. Il faudra simplement éclaircir les touffes qui seront devenues denses, en enlevant entièrement les rameaux morts ou en surnombre. Bien entretenus, un rosier se régénéra beaucoup plus facilement et durer à long terme.

    En ce qui concerne les rosiers arbustifs remontants, leur taille doit être considérés comme un arbuste à floraison estivale. Il faut donc s’occuper de leur taille à la fin de l’hiver en laissant subsister une charpente proportionnée à leur développement. Ainsi vous obtiendrez une bonne végétation annuelle, un plus grand nombre de fleurs et une meilleure répartition de la floraison.

    Petit conseil en plus, si vous taillez assez régulièrement vos rosiers, en enlevant les fleurs fanées, vous éviterez la formation de fruits et de graines. Ceci permettra à votre rosier remontant de refleurir.

     

     

     

  • Les adeptes du tout faire soi même !

    La stérilisation ?

    Vous souhaitez faire des économies, manger sains et fait-maison, alors pourquoi ne pas réaliser vos propres bocaux de fruits ou de légumes, de viande, de poisson ou encore des sauces. La stérilisation peut faire peur mais nous vous assurons que cela n’est pas sorcier et vous garantit une hygiène optimale et vous promet de nombreux avantages.

    Premiers pas !

    Commençons pas définir la stérilisation, il consiste tout simplement à enlever tout l’air qui se trouve dans les bocaux. Le but premier de la stérilisation, est de rendre vos bocaux étanches. Pour se faire, les bocaux vont être plongés dans de l’eau bouillante (plus de 100°C), ce qui va ainsi permettre de supprimer tous les organismes vivants. 

    Ensuite, l’eau chaude qui s’est initié dans les bocaux va alors se transformer en vapeur d’eau, et permette ainsi de retirer l’air des récipients.

    Enfin, une fois que la vapeur refroidie, un « vide » va se produire, ce qui va permettre aux bocaux de pouvoir être hermétiques lors de la fermeture.

     

    Les avantages

    La stérilisation est une astuce pratique qui permet de conserver beaucoup plus longtemps ses aliments. En effet, les fruits et les légumes peuvent par exemple se conserver entre 6 mois et 1 an s’ils sont stockés dans des bocaux stérilisés. Sans stérilisation, vos conserves auront tendance à se périmer plus rapidement.

    De plus, la stérilisation offre des conditions d’hygiène beaucoup plus optimales, dans la mesure où tous les organismes des bocaux sont éliminés, vous n’aurez donc aucune crainte en les consommant, votre nourriture ne pourrira pas. Surtout vous aurez la satisfaction de vous dire que cela est fait-maison réalisé par vos soins.

     

    Idée de recette

    Il est de temps de mettre votre savoir en pratique. Nous vous proposons donc une petite recette de pesto fait-maison :

    Ingrédient :

    • 25g de pignons de pin
    • 1 gousse d’ails
    • 1 bouquet de basilic frais
    • 20g de parmesans râpés
    • 25cl d’huile d’olives
    • Sel, poivre

     

     

    Préparation :

    Dans une poêle bien chaude, déposez les pignons de pin et faites-les griller jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Placez vos pignons bien dorés dans votre mixeur. Effeuillez et laver votre basilic frais puis pelez et pressez votre gousse d’ail. Ajoutez vos feuilles de basilic et votre ail pressé dans votre mixeur et votre assaisonnement . Mixez jusqu’à obtenir une préparation assez homogène.

    À présent vous pouvez verser votre préparation dans votre bocal en verre. Refermez-le et placez dans votre stérilisateur et laisser pendant 20 min, puis laissez refroidir dans votre stérilisateur. Et vous pourrez conserver votre bocal 6 mois à 1 an.

     

  • Nouveau compost Guillouard Zéro déchets !!!

    Comment débuter la tendance zéro déchet.

    À l’heure de la tendance zéro déchet et commencer en douceur sans trop perturber votre quotidien, vous pouvez tout simplement mettre en place un tas de compost dans votre jardin.

     

    Qu’est-ce le compost ?

    Tout d’abord, il est important de savoir que le compost est un geste environnemental ayant pour but de recycler les matières organiques. Il aide à nourrir, protéger et fortifier vos plantes ou encore votre potager, sans utiliser tous types de produits nocifs tels que les engrais ou autres produits industriels.

    Posséder un compost chez soi permet donc d’avoir un engrais naturel et de qualité qui ne dégage aucune mauvaise odeur. Le compost améliore donc la croissance des végétaux et permet également de réduire ses déchets.

     

     

     

     

     

     

    Condition d’un bon compost à la maison

    Il est préférable de choisir un endroit discret dans votre jardin où vous avez la place d’intégrer un composteur ou encore un bac à compost.

    Il faut que votre tas soit en contact avec le sol pour permettre à l’activité microbienne d’agir et de faire son travail. 

     

    Faire un compost chez soi demande de prendre en considération quelques conditions :

    • Broyez vos gros déchets, cela évite de freiner la décomposition.
    • Évitez d’entasser des couches trop épaisses d’une même matière. Il est préférable d’entasser de la matière variée et en petite quantité.
    • Essayez de maintenir une humidité équilibrée. Le mieux, c’est d’arroser le tas si le temps est trop sec, et couvrez-le par temps de grosse pluie.
    • Si vous souhaitez un résultat parfait mettez de fines couches d’ortie car cette mauvaise herbe est très utile malgré tout comme remarquable activateur de compost.

     

    Enfin, un dernier conseil à appliquer, jetez vos épluchures de légumes, votre tonte de pelouse, les cendres de cheminée, les coquilles d’œuf, le marc de café, vos sachets de thé, vos fleurs fanées et vos feuilles mortes. Et vous serez le roi du compost !!!